Géopolitique Diplomatie Economie Mer de Chine

Hangars sur le récif Fiery Cross — Image prise au 09/03/2017 — © AMTI

Mer de Chine méridionale : la Chine termine l’aménagement de trois îles artificielles stratégiques. Elle est prête à déployer ses capacités militaires

La Chine est sur le point d’achever l’aménagement complet des infrastructures militaires à double usage — défensif et de projection — sur trois plus grandes îles artificielles que Pékin contrôle dans les îles Spratleys. Il s’agit des récifs Subi, Mischief et Fiery Cross, surnommés « Big 3 » (3 Grands). L’Armée populaire de libération (APL) peut maintenant y déployer ses moyens militaires : avions de combat, lanceurs fixes et mobiles de missiles, contrôle d’accès aérien.

Selon les sources des services de renseignements américains et du centre de recherche The Asia Maritime Transparency Initiative and The Center for Strategic & International Studies (CSIS/AMTI), la Chine termine déjà l’installation des structures, des bâtiments à caractère défensif et de soutien, des radars et des bases de projection pour ses forces navales, aérienne.

Désormais, la Chine dispose de trois bases aéronavales dans les Spratleys — récifs Subi, Mischief et FieryCross transformés en îles artificielles — et une autre sur l’île Woody dans les Paracels. Formant une sorte de triangle, ces quatre bases permettront aux avions militaires chinois d’opérer sur presque toute la mer de Chine méridionale.

Carte interactive de capacités de défense et de détection chinoises en mer de Chine méridionale.

Il en est de même pour la couverture radar de la Chine, ce qui est rendu possible par des outils de surveillance en poste avancé et « d’alerte précoce » aux récifs de Fiery Cross, Subi et Cuarteron ainsi que sur l’île Woody et par de plus petites bases ailleurs. Sur l’île Woody, la Chine a installé des systèmes de missiles sol-air (SAM) HQ-9 depuis plus d’un an et y a — au moins une fois — déployé des missiles de croisière anti-navires.

Installation militaire chinoise sur le récif Fiery Cross — ©AMTI/Digital Globe
Installation militaire chinoise sur le récif Fiery Cross — © CSIS/AMTI/Digital Globe

 

Sur le récif Fiery Cross, les images prises par satellites montrent des hangars capables d’accueillir 24 avions de combat et quatre avions plus gros comme les avions de renseignement, surveillance, reconnaissance ou carrément des…bombardiers ! Les images prises en janvier 2017, relèvent des radômes construits au sommet de trois tours non-identifiées de la côte nord-est du récif ainsi qu’à une tour à l’extrémité nord de la piste d’atterrissage. Une série de radômes construite au nord cette piste signale une configuration particulière du système « radar/capteur » multifonctions. Selon les experts, le récif Fiery Cross servira de base principale et stratégique de la Chine en mer de Chine méridionale.

 

Installation militaire chinoise sur le récif Mischief du 11/03/2017 — © CSIS/AMTI/Digital Globe
Installation militaire chinoise sur le récif Mischief du 11/03/2017 — © CSIS/AMTI/Digital Globe

 

Sur le récif Mischief, les hangars pour 24 avions de combat ont été construits et au début du mois de mars 2017. Une tour de radar déjà terminée se dresse au milieu du récif et trois grandes tours ont été construites au coin de sud-ouest. L’architecture des ouvrages suggère qu’ils suivent le même modèle des ensembles identiques aux récifs Fiery Cross et Subi. Des toits rétractables sont installés sur les abris lanceurs de missiles récemment construits.

Quant au récif Subi, les unités de génie de l’APL ont déjà bouclé la construction des hangars capables d’abriter 24 avions de combat et quatre plus grands hangars dont l’usage reste inconnu. Des images récentes montrent que la pose des radômes aux trois tours de Subi s’achève presque, ainsi qu’une tour de radar se dresse à côté de la piste. Le récif Subi semble abriter un réseau de radar à haute fréquence à l’extrémité méridionale. Ceci est unique parmi les « Big 3 ». Pour l’amiral à la retraite Michael McDevitt du Center for Naval Analyses Admiral et le chercheur  Cortez Cooper du centre de recherche RAND, ce radar à haute fréquence et les autres installations de radars sur les autres récifs, font partie du système de défense ponctuelle, fournissant une protection contre des frappes aériennes ou attaques des missiles.

Le ministère des affaires étrangère chinoise, en réaction à ces informations, déclare, en substance, que la Chine a le droit construire ces installations, de se défendre, de protéger ses territoires…

Pour les pays riverains ou/et en différend maritime avec Pékin, cette nouvelle capacité militaire chinoise est la preuve de sa politique hégémonique en mer de Chine méridionale.

 

Par Vo Trung Dung

 


Notes :

  • Les récifs Subi, Mischief et Fiery Cross sont actuellement occupés par la Chine. Ils sont revendiqués par le Vietnam, les Philippines et Taïwan.
  • L’île Woody est occupée par la Chine depuis 1956. Elle est revendiquée par le Vietnam et Taïwan.
  • D’après le verdict rendu le 12/07/2016 par la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, basé sur la Convention des Nations-Unies sur le droit de la mer (UNCLOS), aucun des récifs et autres « îles »/îlots ne peuvent revendiquer le statut d' »île ».

Derniers articles dans Actualité & Magazine

Go to Top