Géopolitique Diplomatie Economie Mer de Chine

La Chine : Guerre et Paix en mode verbal en mer de Chine méridionale

Spratlys, Vietnam. © Vo Trung Dung
Spratlys, Vietnam. © Vo Trung Dung

Mini-édito.

Un coup de baton, puis une carotte. Ou l’inverse. Le cri de guerre d’abord, la pommade de la paix après. Et si ça ne marche pas, on remontre les dents. Pékin utilise ses tactiques habituelles en mer de Chine. Quitte à se contredire dans les faits.

A quelques jours du verdict — « Philippines vs Chine » — de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye attendu le 12/07/2016. Comme la Chine dit : « 90% de la mer de Chine méridionale lui appartient », le PCA dira, à la demande de Manille, si la Chine est en droit de revendiquer cela. Un rappel : la Chine déclare par avance ne pas reconnaitre le verdict de la CPA. Il y a quelques jours, Pékin a même une offre à Manille. En substance : « Si vous oubliez la CPA et le verdict, je vous propose que nous négocions… » En réponse, Manille contre-propose : « Mon cher. On en reparlera après le verdict ! »

Avant-hier, un édito de l’officiel ultra-nationaliste « Global Times » sonne : « Pékin devrait se préparer à une confrontation militaire ! » Sans préciser avec qui. Puis rajoute : « Les Etats-Unis compliquent le règlement des différends territoriaux en mer de Chine. Ils envoient deux groupes aéronavals dans la région, nous montrent les muscles et attendent que la Chine se plie… » Avant de conseiller le gouvernement chinois d’accélérer le développement de sa dissuasion militaire. Le Global Times estime pouvoir — en cas de guerre — faire « payer un certain prix non négligeable  aux Etats-Unis. Parce que la Chine ne laissera personne d’empiéter sur sa souveraineté ! »

Interrogé par la presse internationale basée à Pékin sur les éditoriaux de Global Times et sur la possibilité de conflit armé en mer de Chine méridionale où la revendication territoriale chinoise se trouve en différend avec le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, le Brunei et Taiwan, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères Hong Lei joue le pompier : « La Chine est pour la paix ! La Chine travaillera avec les pays de l’ASEAN pour préserver la paix par la voie diplomatique et par la négociation dans le respect des droits internationaux. Toutefois, la Chine refuse toute décision imposée par un tierce partie… » Le diplomate évoque sans nommer les Etats-Unis et le verdict à venir de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye.

La contradiction ne tue pas. Apparemment. La Chine, tout en parler de droit, refuse que le droit soit dit !

© La rédaction.

Derniers articles dans Actualité & Magazine

Go to Top